La création d’entreprise : l’avenir du monde du travail ?

Plus de 67 000 nouvelles entreprises, en janvier 2019, soit plus de 17% par rapport à 2018. Une hausse significative, soulignée par les experts. Comment expliquer cet engouement pour la création d’activité et quelles répercussions sur le monde du travail ?

Pourquoi les créations d’entreprises sont-elles en hausse ?

Le mouvement des Gilets Jaunes a fait réfléchir bon nombre de français. Les salaires moyens permettent à peine de payer les charges fixes. Montée du prix du carburant, taxes, impôts, tous les ménages français passent leur temps à calculer pour ne pas tirer le diable par la queue, passé le 10 du mois.

Le fait de devenir son propre patron mûrit dans l’esprit des gens. Stratégies managériales peu adaptées et impression d’être remplaçable, génèrent un malaise chez le salarié, dans certaines entreprises.

Enfin, une période de chômage, une situation particulière, dans la famille, font qu’il est quelquefois obligatoire d’envisager sa vie professionnelle autrement.

Certaines activités offrent la possibilité de s’installer en tant que freelance. Ces professionnels indépendants proposent alors leurs prestations aux entreprises. Un premier point difficile à mettre en place, quand on démarre : Arriver à convaincre et trouver ses premiers clients. Le fait de coûter presque 30% moins cher qu’en payant un salarié peut néanmoins faire réfléchir et devenir un argument de poids. 

Monde du travail : Quel impact peut avoir la création d’entreprise ?

Peut-on parler d’une espèce d’hybridation ? Augmentation du nombre de personnes en freelance, du portage salarial, beaucoup de signaux indiquent un changement de direction dans le monde du travail. Même si le salariat est encore très prégnant, on ne peut s’empêcher de se demander comment sera le monde professionnel dans quelques années.

On assiste à une montée de la pluriactivité (slashers) et ce, pour pouvoir gagner plus et répondre aux exigences des entreprises. Celles-ci peuvent être gagnantes. Payer une prestation, pour l’externalisation d’une tâche, revient moins cher qu’une embauche.

Pour le freelance ou pour la personne à qui l’on accorde dans un premier temps le droit au télétravail, c’est la liberté retrouvée, mais aussi une productivité accrue. Beaucoup d’études le prouvent. On travaillerait mieux, sans les perpétuelles interruptions et perturbations causées par les collègues de travail.

Pour autant, est-ce la solution idéale ? Les pluriactifs ne communiquent pas sur le nombre d’heures effectuées pour pouvoir vivre de leurs activités. Ne peut-on pas assister à des phénomènes de burn-out ?

Le tant convoité CDI, avec sa protection sociale reste le modèle rêvé, même s’il est difficile à obtenir, dur à conserver et qu’il ne garantit pas une satisfaction au travail. Il faudrait trouver son pendant pour les indépendants, pour que le système puisse fonctionner de façon harmonieuse. Rien n’est encore réellement fait dans ce domaine.

Les freelances sont-ils donc l’avenir du monde du travail ? Même si le nombre d’immatriculations tend à le prouver, de nombreuses zones de doute subsistent. Ces mêmes zones d’ombres qui font que le salariat tel qu’on le connait peut encore perdurer quelques longues années. Mais une chose est certaine, avec l’augmentation du nombre de freelance, nous assistons à une phase de transition qui nous fait nous interroger sur l’univers professionnel français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *